top of page

TOPS CINÉMA 2022 DE LA RÉDACTION

Dernière mise à jour : 20 janv.

Tous les ans, nous vous proposons nos tops culturels : place au cinéma et une année 2022 plutôt très riche ! Voici les tops de notre rédaction.

  1. Licorice Pizza : en voilà un coup de cœur comme j’en ai rarement éprouvé. Je suis un grand amateur de récits coming-of-age, qui doit être mon genre de film favori. Mais mis en scène par un Paul Thomas Anderson en grande forme, c’est indéniablement mon film de l’année. Qui plus est parce que c’est plus ou moins une autofiction qui met en scène un amour entre deux jeunes gens à la différence d’âge marquée, dans des années 1970 fascinantes. Cooper Homan (fils de Philip Seymour) et Alana Haim (du groupe sororal Haim), Bradley Cooper, ainsi que tout plein de gens issus de familles de cinéma, nous offrent un film doux-amer bourré de nostalgie adolescente jamais malsaine, dans une histoire d’amour atypique, immédiatement culte. Géant.

  2. Nope : avec Get Out et Us, Jordan Peele m’avait intrigué. Avec Nope, il a désormais toute mon attention. Autour d’un génial casting composé de Daniel Kaluuya (Get Out, Black Panther), Keke Palmer (Scream Queens, Hustlers), Steven Yeun (Minari, Burning) et Brandon Perea (The OA), il déroule un spectacle métaphorique intrigant et prodigieusement mis en scène. Mais cela n’empêche pas ce nouvel auteur majeur de proposer un discours politique et inspirant, tel un espèce de Shyamalan on steroids, qui aurait gagné à l’école de la narration, toujours ciselée. Nope est tout simplement une merveille d’intelligence évocatrice.

  3. Top Gun : Maverick : 36 ans après le premier volet réalisé par Tony Scott, Tom Cruise renfile le cuir de Maverick pour une suite tout bonnement prodigieuse. Dans Top Gun : Maverick, il accueille Jennifer Connely, Miles Teller, Glen Powell ou encore Jon Hamm pour nous offrir le plus grand spectacle de l’année, de loin. Plus que ça, c’est en plus une des meilleures legacyquels, et en tout cas la plus marquante depuis The Force Awakens. Impressionnant à plein d’égards, cette immense prouesse est un divertissement aussi bien foutu que réellement impactant.

  4. Athena : après les années Kourtrajmé et deux longs-métrages marquants (Notre Jour Viendra et Le Monde est à toi), Romain Gavras s’attaque à un gros morceau. Cet Athena, sorte de pamphlet aussi personnel que résolument actuel. Conçu comme une tragédie grecque en référence à ses origines, Athena est une réflexion sur la famille et la rébellion, la cité et la police, que Gavras se fait un plaisir de filmer avec maestria dans un ballet de plans-séquences dingues. Je vous invite à lire mon papier pour comprendre davantage mon admiration pour ce film-phare de l’année selon moi. (dispo sur Netflix)

  5. White Noise : cette sortie tardive sur Netflix est le nouveau film de Noah Baumbach (Greenberg, Frances Ha, Marriage Story). Mené par Adam Driver et Greta Gerwig, cette adaptation de Don DeLillo est un petit bijou de comédie weird et satirique. Ambitieux et dédaléen, White Noise est aussi brillant qu’impressionnant. Petite claque.

  6. Elvis : un biopic du King par Baz Luhrmann, c’est un peu le rêve qu’on osait pas imaginer. Il caste le sidérant Austin Butler dans le rôle-titre, assisté d’un Tom Hanks qui en fait des caisses, dans un film… flamboyant. Pas étonnant de la part de Baz Luhrmann, qui livre pourtant son film le plus digeste, sachant se calmer quand il faut pour un résultat purement bluffant. Il prend les codes du biopic pour se les approprier et les réinventer pas à pas, dans un portrait nuancé d’un artiste total, plein d'émotions et de trouvailles formelles.

  7. Everything Everywhere All At Once : lettre d’amour au cinéma, créative et inclusive, ce film des Daniels est certes foutraque, mais ultra-généreux, qui m’a rappelé l’impact et la dimension d’un Matrix en son temps. On y retrouve qui plus est Michelle Yeoh (Tigre & Dragon), Ke Huy Quan (Indiana Jones & le Temple Maudit) et Jamie Lee Curtis (Halloween), dans un déluge de trouvailles narratives et visuelles. Déjà culte.

  8. Avatar - The Way of Water : je n’étais pas un fan du premier film, cependant revu avec plaisir lors de sa ressortie en septembre. Mais comme James Cameron ne fait jamais les choses à moitié, et qu’il a signé Aliens et Terminator 2, il réitère l’impossible : nous prouver qu’il est le maître des suites. Avec The Way of Water, il signe un chef-d’œuvre technique (3D, HFR/VFR, son), car débarrassé de la présentation de l’univers, il s’affaire à nous raconter une histoire, belle et émouvante, sur la famille et la spiritualité, avec un discours sur l urgence écologique évidemment bienvenu. C’est sublime.

  9. Glass Onion - A Knives Out Mystery : il en fallait beaucoup pour faire suite à Knives Out, succès surprise que j’avais trouvé brillant et fun en 2019. Rian Johnson (Looper, The Last Jedi) réitère pourtant avec malice et décomplexion, dans un whodunit charmant et étonnant, drôle et intelligent. Satire sociale superbement mise en scène, cette nouvelle aventure de Benoit Blanc est une réussite encore plus grande que son prédécesseur. Et on sent que Daniel Craig se fait plaisir à chaque instant. Trop bien. (dispo sur Netflix)

  10. Ambulance : je ne vais pas cacher mon admiration (néanmoins coupable) pour Michael Bay, j’en ai même fait une vidéo et un podcast cette année. Et Ambulance est pas loin d’être le meilleur film du cinéaste, en tout cas c’est sa version du huis-clos dramatique, évidemment dans un véhicule en mouvement, qui va à 100 à l’heure dans les rues de L.A. Deux frères (Jake Gyllenhaal et Yahya Abdul-Mateem II) qui s’associent pour un braquage, dont l’un contraint et forcé par un système de santé américain défaillant, même pour ses vétérans. Ils se retrouvent dans l’ambulance de Eiza Gonzalez, personnage féminin jamais sexualisée (c'est assez inédit dans le cinéma de Bay) et profondément glorifiée car éminemment professionnelle. Un thriller d’action nerveux unique, tendu et jouissif, qui utilise le mouvement avec un modernisme dingue. Génial.

  11. Sr. (Robert Downey Sr., le père) : c’est dans une forme singulière que se déroule ce fabuleux documentaire. Épaulé par le chevronné Chris Smith (Fyre, Tim & Andy, Tiger King), Robert Downey Jr. entame un film pour retracer la vie et l’œuvre de son père, lui-même investi dans le processus. Ainsi, des scènes sont mises en scène et montées par Senior, d’autres le montrent en montage, et d’autres sont dirigées par la megastar Junior. On arrive à comprendre la carrière unique de cet artiste libre et tourmenté, entre ses essais WTF new-yorkais (Pound, Greaser’s Palace) et ses cachetonnages à L.A (Up the Academy, Rented Lips). Mais aussi ses addictions, transmises à son fils, qui lui doit autant son succès actuel que ses soucis passés. Et enfin, l’émotion, pure et universelle, face à la mort. C’est grandiose. Grosse surprise, aussi cinéphile que personnelle. (dispo sur Netflix)

  12. Black Panther - Wakanda Forever : film malade mais qui arrive tout de même à retomber sur ses pieds, ce deuxième volet de la saga Black Panther est profondément marqué par la mort de son interprète (Chadwick Boseman) et de son personnage (Tchalla). Ça reste pourtant au-dessus de la mêlée dans le MCU, et la musique de Ludwig Göransson est grandiose. Allez faire un tour dans ma critique pour plus… Wakanda Forever !

  13. Apollo 10 ½ - A Space Age Childhood : Richard Linklater revient sur son enfance à Houston, dans un superbe film d’animation en rotoscopie, ce qu’il avait déjà fait avec A Scanner Darkly et Waking Life. Un film nostalgique, onirique et utopique, dans lequel il traite des problématiques de l’époque, politique, sociale et culturelle, entre l’importance de la télévision, de la conquête spatiale et de la cellule familiale. Aussi touchant que sincère, une grosse surprise, par un orfèvre du genre. (dispo sur Netflix)

  14. Bros : étant fan de Nicholas Stoller (j’en ai fait deux vidéos cette année : celle-ci et celle-là) et du génial producteur Judd Apatow, j’avais hâte de découvrir cette romcom. Premier film de studio à avoir un casting entièrement et ouvertement LGBTQ+, cette comédie-romantique co-signée par le comédien Billy Eichner est une vraie et grande réussite : drôle, émouvante, inclusive et intelligente, pour vite atteindre les sommets du genre. Cœur avec les doigts.

  15. En Corps : petit coup de cœur que ce nouveau long-métrage de Cédric Klapisch, dans lequel il met en scène la danseuse Marion Barbeau aux côtés de Souheila Yacoub, Pio Marmaï, François Civil, Denis Podalydès et Muriel Robin, dans une dramédie sur la résilience et l’art. Accompagné du chorégraphe israelien Hofesh Shechter, il signe un film drôle, universel et parfaitement mené, qui magnifie la danse, le mouvement, dans un perpétuel parallèle entre cet art et le cinéma. Entre rires et larmes, en voilà une belle histoire, simple et belle, au rythme d’une sublime musique.


Mentions honorables : Trois Mille ans à t’attendre, Freaks Out, Armageddon Time, Werewolf by Night, Spencer, Barbarian, Chip ‘n Dale : Rescue Rangers, Fumer fait tousser, Robbing Mussolini


  1. L’école du bout du monde : un voyage initiatique dans une contrée reculée du Bhoutan où un artiste en devenir doit aller enseigner dans une école perdue au bout du monde (c'est le titre). Solaire, doux et très émouvant, ce long-métrage nommé à l'Oscar du meilleur film étranger a profondément et durablement marqué mon année cinéma, d'où sa première position. Je vous laisse le soin de le découvrir au plus vite.

  2. Elvis : Presque dix ans après Gatsby le magnifique, Baz Luhrmann revient au cinéma avec cette fresque flamboyante et survitaminée sur le King, incarné par le génial Austin Butler. Grand film sur les artistes et le showbiz, étouffant et bouleversant dans sa dernière heure.

  3. Licorice Pizza : PTA à son meilleur dans cette chronique des années 70 et cette histoire d'amour. Un film vibrant et très drôle mais aussi subtil et émouvant, qui comporte l'une des meilleures scènes de l'année avec un van et une pénurie d'essence.

  4. Flee : sublime documentaire d'animation racontant l'histoire d'un réfugié afghan dans les années 1980 et 90. A découvrir absolument !

  5. Nope : Get Out m'avait emballé, Us m'avait déçu alors j'attendais beaucoup du nouveau film de Jordan Peele. Et quel plaisir de cinéma ! Entre thriller, film de science-fiction et critique de l'industrie de l'entertainment, la richesse du propos de Nope est égale à sa mise en scène épique et brillante. Daniel Kaluuya y est impressionnant. Un grand YEP !

  6. En Corps : Cédric Klapisch et son co-scénariste Santiago Amigorena continuent d'explorer le thème de la résilience après le magnifique Deux Moi. En Corps est une réussite : lumineux, drôle et bouleversant, le film comporte peut-être aussi la scène la plus drôle de l'année avec Pio Marmaï !

  7. Les Leçons persanes : dans un camp de travail pendant la Seconde Guerre mondiale, un jeune homme juif se fait passer pour persan et se retrouve à devoir enseigner la langue (qu'il ne connaît pas) au commandant du camp. S'ensuit un suspense qui vous tiendra en haleine jusqu'à la fin, porté par ses deux comédiens : l'incroyable Nahuel Pérez Biscayart (120 Battements par minute, Au revoir là-haut) et l'excellent Lars Eidinger. Un film poignant, malheureusement passé un peu inaperçu mais qui mérite absolument d'être vu.

  8. As Bestas : après le décevant Madre, l'Espagnol Rodrigo Sorogoyen nous livre un nouveau long-métrage dans la veine de ce qu'il sait faire de mieux : le thriller social. En tension constante et crescendo, As Bestas est porté par les performances de Denis Ménochet et Marina Foïs. L'une des claques de l'année et la confirmation d'un grand cinéaste après les excellents Que Dios nos perdone et El Reino.

  9. Annie Colère : Laure Calamy et le reste du casting portent un film d'une douceur extrême sur la détresse des femmes lorsque l'IVG n'était pas légal. Un grand long-métrage sur la solidarité et l'engagement. Et oui, "la tendresse est politique".

  10. Revoir Paris : se tissant comme une toile d'araignée pour dresser différents portraits de victimes d'actes terroristes, c'est un immense film sur le trauma et la résilience. Virginie Efira y est extraordinaire.

  11. Les Jeunes Amants : une magnifique histoire d'amour entre Fanny Ardant et Melvil Poupaud. Un film d'une grande justesse à rattraper.

  12. Bros : une merveilleuse rom-com sur deux hommes de quarante ans qui tombent amoureux. Un portrait hilarant et émouvant de la communauté LGBTQ+ doublé d'une jolie histoire d'amour, Bros est une réussite totale.

  13. Coupez ! : remake du film japonais Ne coupez pas ! (2017), Michel Hazanavicius revient avec ce qui fait de lui un cinéaste à part : son amour du cinéma auquel il ne cesse de rendre hommage. Ce film-ci ne manque pas à l'appel et devient l'une des comédies les plus réussies de 2022. Après 25 minutes qui vous interrogeront, laissez-vous emporter par l'histoire de ce tournage plus que rocambolesque qui fera un bien fou à vos zygomatiques !

  14. L’Innocent : une excellente surprise que cette œuvre de et avec Louis Garrel ! Ce film moitié polar, moitié comédie évoque la famille, le deuil, le théâtre et plus encore avec une immense générosité, un casting incroyable et une BO aux petits oignons. Une pépite !

  15. ex-aequo : Fire Island et Firebird. Fire Island (dispo sur Disney+) est une adaptation moderne d'Orgueil & Préjugés de Jane Austen prenant comme cadre un groupe d'ami.e.s partant une semaine en vacances dans une station balnéaire prisée par la communauté LGBTQ+. Très réussi et drôle, tout en dressant des portraits plus subtils et amers que la première impression nous laisse penser. Firebird raconte la véritable histoire d'amour entre Sergey, soldat de l'armée de l'air, et Roman, pilote de chasse, dans une base aérienne de l'URSS pendant la guerre froide. Ce film indépendant britannico-estonien est doté d'un casting solide et d'une photographie magnifique. Un très beau long-métrage sortit en DVD en France le mois dernier. Les mémoires de Sergey viennent d'être publiées en anglais. Deux grandes recommandations qui valaient bien d'être intégrées à ce top !


Mentions honorables : Trois Nuits par semaine, Great Freedom, Mes rendez-vous avec Leo, Chronique d'une liaison passagère, The Batman, The Chef (Boiling Point), Compétition Officielle, Les Repentis, Moonage Daydream, La Nuit du 12, Contes du hasard et autres fantaisies, L'ombre d'un mensonge (Nobody has to know), Feu follet, Stay the night...


Scène de l'année : outre le van dans Licorice Pizza et LA scène de Pio Marmaï dans En Corps, je retiendrais ce merveilleux moment de comédie musicale dans Feu follet (Fogo Fátuo) où des pompiers dansent dans leur caserne. Cette fantaisie musicale, érotique, satirique et politique (oui, oui, tout ça en 1h07 !) de João Pedro Rodrigues est un OVNI étonnant que je vous conseille.


  1. Licorice Pizza : le grand retour de Paul Thomas Anderson est plus que réussi, à travers cette histoire d'amour haute en couleur, traversant les 70's de son enfance. Des personnages atypiques et dysfonctionnels dont on s'éprend facilement, et dont on suit les aventures avec passion.

  2. Elvis : Baz Luhrmann revient lui aussi sur le devant de la scène après quelques années de silence. Il nous livre ici un biopic à la hauteur de la légende qu'il a choisir de raconter : Elvis Presley. Le pari est réussi : une réalisation maîtrisée et une bande son à couper le souffle.

  3. Avatar – The Way of Water : 13 ans d'attente et de suspens autour du second volet d'Avatar. Et le moins que l'on puisse dire c'est que ça valait le coup ! Du grand spectacle à l'état pur qui permet de redécouvrir Pandora, sa faune, sa flore, et son message écologique, aujourd'hui plus que nécessaire. Une 3D exceptionnelle et un James Cameron s'amuse : et ça se ressent ! Il installe l'intrigue sur les génération/volets de la saga à venir, et il nous tarde d'en savoir plus !

  4. Everything Everywhere All At Once : c'est le petit ovni de cette année qui a ramené un vent de fraîcheur sur les sorties cinéma de 2022. Un film aux abords complexes et délirants qui prône finalement des enjeux simples et désarment de sincérité. Une jolie réalisation et un brin de folie comme on les aime !

  5. Nope : pour sa troisième réalisation, Jordan Peele surprend. Critique du consumérisme, interprétations bibliques et remise en question de la société du spectacle : son cinéma est toujours aussi engagé et politique. Mais se fait ici plus complexe dans son écriture et sa réalisation. (Mention spéciale pour la séquence d'ouverture du film).

  6. Top Gun : Maverick : un Tom Cruise au top de sa forme, une réalisation et une qualité d'images au service des avions et de leurs acrobaties, et une nouvelle génération prête à tout casser ! Les fans du Top Gun l'on attendu longtemps, la sortie du film ayant été repoussée à maintes reprises, mais pas en vain. Du grand spectacle qui nous plonge tout droit dans la nostalgie du premier volet, tout en parvenant à s'en affranchir et à voler de ses propres ailes !

  7. Spencer : le réalisateur chilien Pablo Larraín choisit de nous montrer le dernier Noël de la princesse de Galles au sein de la famille royale, nous présentant donc une Lady Diana à fleur de peau. L’interprétation de Kristen Stewart est remarquable, toujours au bord des larmes, sans jamais réellement sombrer. Une divagation romanesque et un conte de fée cauchemardesque envoûtant, et aux images superbes.

  8. Annie Colère : petite pépite surprise de fin d'année, ce film se déroule un an avant l'adoption de la loi Veil par l'assemblé nationale. Et la MLAC milite de façon publique bien qu'illégale en permettant aux femmes de se faire avorter médicalement. Un petit bijou de tendresse et de douceur, mais aussi un modèle de sororité parfait. Ce film éduque, bouleverse et accompagne le téléspectateur avec la même bienveillance que le personnages partagent à l'écran.

  9. En Corps : Cédric Klapisch revient avec un nouveau film se déroulant dans l'univers de la danse. Une jolie réalisation peuplée de personnages attachants et très bien écrits, mais surtout aussi drôles que touchants. Opposant Paris et la province, la danse classique à la danse contemporaine, Klapisch nous ouvre la voix des possibles à travers la poésie, la force de l'art et la résilience.

  10. The Batman : Batman est de retour et est désormais interprété par Robert Pattinson autant crédible en super-héros qu'en Bruce Wayne. Nous retrouvons une Gotham City toujours aussi sombre et en proie à la criminalité mais plastiquement fascinante de lumières et couleurs urbaines. Un petit renouveau dans le paysage à explorer pour notre super-héros.


Voici mon top cinéma pour 2022 ! Livrés en toute objectivité, voici les films qui continuent de me faire dire autour de moi que le cinéma, c’est fantastique ! (et que parfois ça fait naître quelques révélations... ou pas).
  1. En Corps : et oui, un film d’apparence légère et pourtant je place ce film sans aucun doute au sommet de mon top !! C'est l'histoire d'une jeune danseuse étoile qui se blesse lors d’une représentation et se casse la jambe. Elle doit alors penser à sa reconversion, et pour cela, elle va réussir à très bien s’entourer pour trouver une vie plus chaleureuse. Une histoire d'apparence banale qui pourrait paraître trop simple au premier abord, et puis finalement Cédric Klapisch nous emmène dans le tourbillon de doutes et surtout de joies d'Élise, le personnage principal. Petit bonus : après l'avoir vu on a très envie de danser sur la musique du film Sunrise et d’échanger avec son père, incarné par Denis Podalydès, pour parler de droit en toute légèreté (évidemment) !

  2. Triangle of Sadness : une évidence. Nul besoin de revenir sur certains détails évoqués dans mon écrit consacré à ce film à sa sortie. Quoi qu'il en soit, il s'agit là d'un film très original et engagé. Sorte de huis-clos, tout d'abord dans un bateau de croisière, puis sur une île déserte, avec des personnages parfois égocentriques, et peu conscients de leur condition sociale. Les passagers de ce bateau sont embarqués dans une folle aventure où certains codes et jeux de pouvoir sont inversés. Bonus : je crois que j’aurais beaucoup aimé faire partie des repérages pour le tournage de ce film car les décors sont vraiment chouettes !

  3. Licorice Pizza : ce film très original traite pourtant en grande partie d’un sujet commun : l’amour. Et oui !! Un très joli film romantique qui donne envie de tomber amoureux, comme les deux personnages principaux. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé la musique rock qui rend le film explosif. Sinon le scénario, la mise en scène, le jeu des acteurs, tout est parfait. J'ai particulièrement adoré les couleurs chaudes qui donnaient au film un aspect rétro. Un film charmant et merveilleusement bien réalisé. Bonus : j’aimerais moi aussi vivre l’expérience d’une jeunesse fougueuse, où il est possible de gagner sa vie en vendant de superbes matelas à eau, et où tu peux en plus tomber amoureux dessus, en échangeant simplement un regard un peu intense (spoiler alert : c’est faux, le coup de foudre a eu lieu dès les premières secondes du film).

  4. L’Innocent : je suis absolument fan de ce film de Louis Garrel. L’actrice Noémie Merlant, que j’avais découverte dans le film Les Olympiades de Jacques Audiard, est parfaite dans le rôle de Clémence. Et puis Roschdy Zem et sa belle, incarnée par Anouk Grinberg, sont eux aussi idéaux dans cette comédie vraiment drôle. Les chansons italiennes en fond créent une ironie tout bonnement excellente !! J’ai passé un excellent moment devant ce film touchant. Bonus : Après le film on a nous aussi très envie de braquer un camion de caviar pour le savourer dans un zoo avec quelques petits pingouins, le tout en chantant à tue-tête la chanson I maschi de Gianna Nannini (avec un semblant d’accent italien).

  5. Top Gun : Maverick : je le place sans aucun doute dans mon top et pourtant, je suis allée le voir un peu à contrecœur (la pression sociale y a été pour quelque chose). Je suis en effet restée très admirative de ce film. Des scènes très remarquables avec une musique époustouflante, ainsi qu'un scénario auquel je me suis entièrement accrochée durant les 2h11 du film. Simplement un petit bémol sur certaines scènes un peu trop clichées d'une certaine société. Mais le charme ouf de Tom Cruise fait vite oublier cela. Avec ce film j'ai pu voyager à bord des avions de tous les personnages, sans exception. Petit bonus : moi aussi j’aurais voulu hisser la voile de l’immense voilier, aux côtés de Tom Cruise (c’est faux, surtout que le vent soufflait beaucoup trop fort pour pas que le bateau se renverse).

  6. Bullet Train : je ne suis pas une adepte des films d'action mais là j'ai adoré. Comme pour Top Gun, je suis allée voir ce film à contrecœur - et puis finalement je suis retournée le voir deux fois. La version originale est sans aucun doute nécessaire. Les mimiques de tous les acteurs sont systématiquement un véritable sketch hilarant. Le film nous embarque à bord du train à grande vitesse qui mène à Kyoto, où deux compères doivent servir le personnage appelé "La mort blanche". De son côté, Ladybug (joué par Brad Pitt) doit récupérer une mallette. Et franchement, c'est le mélange de différents genres cinématographiques et les références à d'autres œuvres qui me font placerce film dans mon top. Bonus : à la fin du film vous aurez peut-être la chance comme moi de découvrir quel train vous correspond (car oui, les deux compères dans le film aiment s’identifier aux différents trains du célèbre dessin-animé québécois Thomas et ses amis).

  7. Ouistreham : j’ai adoré ce film d’Emmanuel Carrère, adapté du roman de Florence Aubenas Le Quai de Ouistreham. Je l’attendais avec impatience car après avoir lu avec passion le roman, j’en attendais beaucoup. Film sociologique qui suit l’aventure de Marianne, une écrivaine incarnée par Juliette Binoche, qui le temps d’une année souhaite se glisser dans la peau d’une femme de ménage dans le Nord de la France. Les conditions de travail sont rudes pour une équipe de femmes qui travaillent d’arrache-pied, à bord des bateaux de croisière (ceux qui font la traversée pour rejoindre le Royaume-Uni). Après cette année d’immersion, elle écrira un livre sur ce qu’elle aura découvert. Malgré le sujet difficile abordé, les femmes qui jouent en réalité leurs propres rôles, donnent le sourire et nous font réaliser leur univers si accablant, tout comme dans le film Debout les femmes (de Gilles Perret et François Ruffin), que j’ai également adoré. Bonus : Big up à la chanson La vie qu’on mène de Ninho, qui clôture idéalement le film, sur cet immense bateau à l’humanité tangible.

  8. Pacifiction : Tourments sur les îles : pour la découverte tout à fait inattendue de l’univers d’Albert Serra.

  9. Viens je t’emmène : pour une histoire farfelue et originale.

  10. Red Rocket : pour l’univers très coloré de Sean Baker, que j’adore.

bottom of page