DEEN BURBIGO & EFF GEE - SABOTEUR MIXTAPE VOL.1 (critique)

Conçu à l’image de la mixtape de Don Dada, le label de leur ami et comparse Alpha Wann, Deen Burbigo et Eff Gee livrent un premier volume des sonorités de leur label Saboteur Records. Review de ce superbe ajout à la culture rap francophone.

Quand a été annoncé le projet, le parallèle avec ce qu’avait proposé Alpha Wann fin 2020 avec Don Dada Mixtape Vol.1, était autant aisé qu’évident. Cependant, après les derniers projets de Deen Burbigo, à savoir Cercle Vertueux (2020) et OG San (2021), ainsi que les diverses sorties des artistes du label Saboteur Records, on était en droit de se dire que ça allait envoyer du lourd. Et c’est doté d’un superbe visuel signé par le toujours génial graphiste Rægular (les pochettes des derniers Nekfeu ou Orelsan), que Deen Burbigo et plus encore Eff Gee, fondateur historique du label, tous les deux anciens membres du collectif L’Entourage, nous proposent cette Saboteur Mixtape Vol.1. Et après une année 2022 où le rap francophone surfe encore sur les retombées de la drill et (encore et toujours) de la trap, ainsi que sur l’apparition de la New Wave, ce projet fait du bien aux amateurs de rap (bien) kické , évidemment très parisien, mais bien appréciable. Avec cette tape, on a l’impression d’assister à l’évolution d’un Pokémon rare, comme si les gars de L’Entourage ne pouvaient pas s'arrêter de progresser, tout en proposant quelque chose de frontal et d’instantané. Le disque est en effet très emprunt de l’influence grandissante du collectif Granville et du microcosme du studio Goldstein, notamment dans les sonorités des nombreux producteurs de l’écurie qui a vu s’épanouir Jazzy Bazz ou Edge ces dernières années : Johnny Ola, Kezo, JayJay, Loubenski, Wavyvayé. Cela explique aussi sûrement la participation à une track du fer de lance de la New Wave : La Fève.


Sur Faux G en effet, avec Deen et Jazzy Bazz, l’interprète du génial Mauvais Payeur apporte sa fougue et sa jeunesse, pour créer un pont entre les générations de rap parigo, qui frappe par son efficacité et la désinvolture de ses interprètes. Même constat sur Quotidien, qui date un peu apparemment (on parle d’un morceau enregistré en 2017), mais qui réunit Eff Gee, Doums et Nekfeu, comme à la grande époque du “L en l’air”. Mais évidemment, cette mixtape est aussi l’occasion pour le label de présenter ses artistes. Deen Burbigo, qu’on connaît bien, Eff Gee, tête pensante qui n’a jamais réellement brillé mais qui se révèle ici (très bons couplets sur Quotidien et Caddie notamment), mais aussi Ratu$, qui avait déjà signé un solo remarquable sur la Don Dada Mixtape Vol.1, ainsi que le rat de studio Esso Luxueux, qui lâche enfin un solo (Coupe la parole) ainsi que trois feats (Rio, Affaire, Caddie). Mais on a aussi le droit à une apparition de 2zer (du $-Crew), qui avait déjà sorti ses deux projets solo chez Saboteur en 2019 et 2021, assez anecdotique. Celui qui marque, c’est Prince Waly, qui vient de sortir un premier album assez génial nommé Moussa. Sur Affaire, il découpe aux côtés de Eff Gee, Esso Luxueux, mais aussi 3010 et MV (tous les deux issus du collectif Eddie Hyde). Un morceau emprunt de RnB qui transpire l’aisance et la puissance mélodique, en plus qu’un rap acéré.


En parlant de pur rap, il faut parler de l'enchaînement CAC 40/Mauvais Rat. Tous les deux portés par un Ratu$ très chaud, le premier morceau est découpé par les géniaux Alpha Wann et Veust, avant que Ratu$ vienne faire un passe-passe réussi avec Olazermi, figure montante du rap du 9.3 (proche de 13 Block). Dans ce diptyque très street, de purs techniciens font ce qu’ils font de mieux, avec style et un impact certain. Suit un troisième morceau d’affilée avec Ratu$, le plus calme Combien?, avec Deen et Lasco, avant de laisser la place aux flexeurs Eff, Esso, Edge et Infinit’, qui signent avec Rio un son old-school très réussi.

“Téma, comment on découpe chez nous c'est inné”

Mais Ratu$ revient vite, pour caler un solo avec La BO, aussi impactant que réellement énergétique. On vous conseille en passant son dernier projet en date, en collaboration avec un des meilleurs hook-makers de France, Edge : En Lessguill, sorti cet été. Papi Burbigo signe lui aussi un solo avec Cellule, réflexif et limpide. Mais le meilleur solo de la galette, c’est (évidemment) celui de Esso Luxueux, Coupe la parole. On le retrouvera d’ailleurs sur Caddie, avec Infinit’ et Eff Gee, où on aura le même constat : trop de style, trop de technique. On a ensuite le droit à deux duos de Deen : un avec Nubi (CBD) et un autre avec OG L’enf (Grimace), tous les deux très cool. On retrouve d’ailleurs ce dernier sur la posse-cut Feux Arrières, avec Ratu$, 2zer, Yaku et Stutt (ce dernier étant le nouveau pseudo de Jehkyl, le frère de Deen). En parlant de posse-cuts, place aux véritables réussites de cette mixtape qui fait du bien au rap francophone : Saboteur Gang met en place avec force les quatre artistes principaux de l’écurie (Deen, Eff Gee, Esso et Ratu$), avec deux passages chacun. Dans 3.14 Ville, c’est le retour de la formation folle de L’Entourage : Deen Burbigo, Eff Gee, Jazzy Bazz et Nekfeu. Il manquerait bien un Alpha Wann pour envoyer du découpage pur et dur, mais on ne rechigne pas notre plaisir à cette ride enfumée, où les quatre MCs font part de leur amour et de leur haine de la capitale, leur ville à jamais.

Mais le plaisir d’entendre rapper toute cette brochette de techniciens amoureux du rap, ça n’a pas de prix. Le résultat de tout cela donne cette première Saboteur Mixtape, qui donne envie d’en entendre davantage, en plus que de réhabiliter Eff Gee, et d’installer définitivement les espoirs qu’on mettait dans Ratu$, Esso Luxueux et Edge, ainsi que de magnifier Prince Waly, La Fève, Infinit’, Olazermi et les (désormais) vétérans Jazzy Bazz, Nekfeu, Alpha Wann et Veust. Et évidemment, le talent de Deen Burbigo est désormais incontestable : il est à son prime, il faut le reconnaître. Enfin, je le répète, Faux G est un classique instantané. Faites-moi péter les scores de ce petit cadeau de Saboteur Records !