• La rédaction PETTRI

RATTRAPAGES CINÉMA ET SÉRIES 2020

Après ses tops, PETTRI vous propose ses coups de cœur pour des films et des séries de 2020 rattrapé·es en janvier ou qu’on n’a pas eu l’occasion de vous recommander plus tôt. Cette liste est non-exhaustive et pourra faire l'objet d'ajouts réguliers de la part de la rédaction.


Films :


SOUL, Pete Docter (sorti le 25 décembre 2020 sur Disney+) (J)


Après l'incroyable Vice-Versa, Pete Docter remet ça avec Soul : au programme, questionnement philosophique mature, chialage garanti et expérimentations formelles et thématiques. C'est beau en diable, ultra émouvant et parfois même plein de remises en question pour le spectateur. Du coup, c'est brillant, mais c'est pas le film le plus facile à regarder.








DANS UN JARDIN QU'ON DIRAIT ÉTERNEL (日日是好日, NICHINICHI KORE KŌJITSU), Tatsushi Ōmori (sorti en 2018 au Japon et le 26 août 2020 au cinéma en France) (P)

A travers l'art de la cérémonie du thé enseigné par une vieille dame (Kirin Kiki, décédée en 2018 et également dans le magnifique film Les Délices de Tokyo (2015) de Naomi Kawase), le long-métrage dépeint la vie de jeune adulte de son personnage féminin principal, qui ne trouve pas de but à sa vie. Ce film est d'une justesse, d'une douceur et d'une délicatesse infinies sur le sens de la vie et plus particulièrement le sens d'une vie, qui vient vous prendre le cœur à la fin. Assurément l'un des plus beaux films de 2020.

Vous en retiendrez son mantra : "Chaque jour un bon jour".




THE BOYS IN THE BAND, Joe Mantello (sorti le 30 septembre 2020 sur Netflix à l'international) (P)

Autre production de Ryan Murphy dans une année 2020 très chargée pour lui (Ratched, The Prom...), ce huis clos de 2h se déroule lors d'une fête d'anniversaire avec des tensions qui vont remonter à la surface.

Il s'agit de la deuxième adaptation à l'écran de la pièce de Mart Crowley (malheureusement décédé quelques mois avant la sortie du film) après celle de William Friedkin en 1970 au cinéma avec les mêmes acteurs ayant joués la pièce en 1968. Tous les comédiens de cette version ont également joué la pièce en 2018 à Broadway pour ses 50 ans avant de reprendre leurs rôles pour cette adaptation filmée. Jim Parsons confirme après son interprétation monstrueuse dans la mini-série Hollywood (de Ryan Murphy, avec également Joe Mantello) que Sheldon Cooper n'est qu'une partie de ce qu'il sait faire. Son jeu tout en nuance, alternant répliques brillantes et profonde amertume, vient compléter un excellent casting, notamment Robin de Jesús (Emory), Matt Bomer (Donald) et Tuc Watkins (Hank). A travers ses 9 personnages débordant d'humanité, le long-métrage aborde différents thèmes, que ce soit l'homophobie intériorisée, la vieillesse, la jalousie, l'amour et l'amitié. Après tout, on est en 1968, juste avant les événements de Stonewall, époque différente mais pas si ancienne où il fallait se cacher de la sphère publique quand on faisait partie de la communauté LGBTQ+. C'est ce que raconte ce film et ses personnages, et c'est à la fois drôlement triste et tristement drôle, avec l'amitié qui survit, malgré tout.



LES 7 DE CHICAGO (THE TRIAL OF THE CHICAGO 7), Aaron Sorkin (sorti le 16 octobre 2020 sur Netflix à l'international) (P)

Après les séries The West Wing et The Newsroom et son script oscarisé de The Social Network, le génial scénariste Aaron Sorkin réalise son 2e film (après Le Grand Jeu (Molly's Game) en 2017) et revient sur un procès éminemment politique : celui de sept activistes ayant manifestés en 1968 à Chicago contre la guerre du Viêt Nam et la politique du Président Johnson. Au sein d'un casting cinq étoiles, Sacha Baron Cohen et Frank Langella tirent leur épingle du jeu. La résonance est terriblement actuelle avec le meurtre de George Floyd et les manifestations qui s'en sont suivies, et également avec les contestations récentes en France. Comme quoi, les époques changent, mais la répression doit toujours être questionnée. Le parallèle moderne de ce film brillant n'en est que plus bouleversant.



0 commentaire