MASCARADE (critique 👎)

AprÚs avoir séduit Jofrey La Rosa, le nouveau film de Nicolas Bedos, Mascarade, a laissé perplexe Bénédicte Boucher. Retour plutÎt "contre" sur ce film avec Pierre Niney et Isabelle Adjani, en salles dÚs ce 1er novembre.

Mascarade, le film aux multiples facettes

Un film pile ou face : pile le film est long et on s’ennuie, face il propose une mise en scĂšne rythmĂ©e par des dĂ©cors chauds qui se succĂšdent rapidement les uns aprĂšs les autres avec des dialogues dynamiques. En l’espĂšce, il s’agira de s’intĂ©resser au cĂŽtĂ© pile du film. Adrien, le personnage de Pierre Niney, est un jeune homme qui vit au crochet de Martha, incarnĂ©e par Isabelle Adjani, une ancienne actrice qui s’ennuie mais qui rĂȘve encore de grandeurs. Tous deux vivent dans la gigantesque villa de la belle, cette belle un peu "Blanche-Neige" moderne, mais un peu aigrie quand-mĂȘme... et finalement mi-blanche mi-reine, qui tient son petit grincheux Ă  domicile. La villa surplombe la mer et la piscine Ă  dĂ©bordement constitue un petit personnage Ă  elle seule, puisqu'elle sert de transitions visuelles pour certaines scĂšnes. Piscine qui profite non pas Ă  la"mĂšre reine" mais Ă  la maĂźtresse d’Adrien, Margot, qui est quant Ă  elle incarnĂ©e par Marine Vacth. Martha est encrĂ©e, figĂ©e dans cette villa aux murs rouges. À l'image des diamants oubliĂ©s dans leur joli Ă©crin rouge, Martha est elle aussi oubliĂ©e dans cette grande demeure. De plus, comme ses diamants dĂ©robĂ©s, Martha se fera elle aussi dĂ©rober sa vie par Adrien, qui de pair avec Margot entament apparemment une course folle vers la richesse. Cette quĂȘte du bonheur se fait de maniĂšre totalement dĂ©cousue, puisque les plans se succĂšdent trĂšs rapidement et les scĂšnes entre elles manquent de lien...


De nombreuses images dĂ©filent mais le scĂ©nario est comme dĂ©corrĂ©lĂ© de ces plans. L’histoire va sĂ»rement trop vite et le temps manque pour obtenir un scĂ©nario "honnĂȘte". Comble pour un film de presque 2h30... Certains partis pris n’ont visiblement pas Ă©tĂ© pris. Le dĂ©sir accru de montrer une multitude de choses au spectateur et peut ĂȘtre de trop car au final le spectateur ne retient quasiment rien de l’histoire. Dommage aussi de voir les deux tourtereaux un peu trop perdus, qui baisent un peu beaucoup et un peu partout. Dommage parce que cette image ne colle pas avec la morale du film. Morale comprise seulement Ă  la fin. Parti pris de faire une chute Ă  laquelle on ne s’attend pas du tout ? Oui c’est chouette de vouloir surprendre le spectateur Ă  la toute fin du film, sauf que lĂ  on lĂšve un peu haut les sourcils... Aussi, il convient d'ajouter que le parallĂšle avec le procĂšs est totalement dĂ©connectĂ© du reste. La scĂšne d'ouverture dĂ©voile les raisons de ce procĂšs, mais qu'Ă  moitiĂ© et cela fait totalement perdre le fil du dĂ©nouement. C'est regrettable, car sur ce sujet vaste, il y avait matiĂšre Ă  faire monter davantage la tension. LĂ , le spectateur est perdu, il ne sait plus sur quel pied danser. Peut-ĂȘtre un choix du rĂ©alisateur de laisser la possibilitĂ© au spectateur de s'identifier Ă  la quĂȘte embrouillĂ©e des deux personnages principaux. Mais cela ne fonctionne pas puisque le spectateur s'ennuie. Certes il est possible de comprendre dĂšs les premiĂšres secondes du film les raisons du procĂšs, mais cette mise en scĂšne semble fausse et les acteurs pendant le dĂ©roulĂ© de l’audience sonnent faux eux aussi.


Finalement, il manque un fil conducteur au film, une petite baguette qui mĂšnerait les personnages dans leur quĂȘte apparemment commune, mais la petite baguette, elle se perd au milieu du film. Et c’est seulement Ă  la fin que le spectateur retrouve la petite baguette : c’est le rĂ©alisateur qui lui tend. Mais malheureusement cette derniĂšre a subi des altĂ©rations et ce, sans prĂ©venir le spectateur suffisamment subtilement. Alors Ă  la place c’est un peu vulgairement qu’on lui jette la fin, et il faut se dĂ©brouiller avec. Mais c’est donc ça l’idĂ©e !! Ah d’accord. Franchement c’est dommage. Cette quĂȘte aux multiples facettes toutes dĂ©cousues entre elles. Une revanche pour ces deux amoureux : s'emparer de la vie des riches dans l'espoir de mieux vivre. Oui mais visiblement il y’a une deuxiĂšme quĂȘte en parallĂšle, et franchement c’était pas clair. Et la Femme n’est pas pour autant mise en valeur.