LA MÉTAMORPHOSE DES CIGOGNES (critique)

Face à un gobelet, Marc Arnaud nous raconte la fécondation in vitro dans La Métamorphose des cigognes, un seul en scène très réussi que Pauline Lecocq vous recommande sur PETTRI.

Synopsis : La Métamorphose des cigognes est l’histoire violente et légère d’un homme enfermé entre quatre murs face à un gobelet vide. Pendant une heure, cet homme essaye de suivre le protocole sans lequel son projet ne verra pas le jour : faire un enfant par fécondation in vitro. Au gré des apparitions de personnages qui se veulent délirants à force de se vouloir pragmatiques, Marc Arnaud poétise une situation plus que triviale et fait de l’endroit sordide où il est enfermé le pays fantastique de son imagination.


Molière 2022 du meilleur spectacle seul en scène en mai dernier, La Métamorphose des cigognes est un excellent spectacle sur la fécondation in vitro porté par un magnifique comédien, Marc Arnaud, et par le texte qu’il a lui-même écrit. Entre adresses directes au public et personnages délirants (médecins, amis, patients etc.), le comédien nous régale. Tout tient grâce à lui et à son talent d’interprétation. Il passe en effet d’un personnage à l’autre avec une aisance folle et avec un énorme travail sur la voix et sur la diction (chaque personnage a une voix et un accent différent, ce qui est assez fascinant). Des personnages masculins d’ailleurs, comme pour parler de la masculinité aujourd’hui, et ce qui touche à l’intimité de ce qu’est être un homme de nos jours, notamment avec l’aide scientifique pour concevoir des enfants. Le texte est également très bien, mélangeant souvenirs, références à la pop culture et pédagogie scientifique sur la fécondation in vitro. Nous ne sommes ainsi jamais perdu.e.s et toujours avec le personnage de Marc qui, par sa parole, convoque notre imaginaire, sans vulgarité aucune et toujours en finesse. En effet, il n’y qu’un tabouret et un gobelet sur scène alors, et c’est là la magie du théâtre, c’est au public de laisser libre cours à son imagination grâce à ce qui est entendu. La mise en scène et le travail parfait sur la lumière participe à cette clarté et à ce travail créatif des spectateur.ice.s. Par une histoire individuelle qui devient universelle, Marc Arnaud nous embarque tout simplement avec lui. En un peu plus d’une heure de blocage face au gobelet, le comédien se livre comme jamais et nous fait beaucoup rire (vous ne verrez plus La communauté de l’anneau de la même façon !). Il arrive aussi à aborder beaucoup de choses et à nous faire nous interroger sur des questions primordiales (l’envie d’avoir un enfant par exemple).


Après un passage au théâtre La Scala, La Métamorphose des cigognes pose ses valises (ou son gobelet) tous les lundis à 19h au théâtre de La Pépinière jusqu’à fin décembre et nous vous recommandons chaudement ce seul en scène très réussi !