• Constance Delamarre

HOMMAGE AU LIBAN

Le samedi 28 novembre 2020, le Conservatoire de Danse et de Musique de Bagnolet nous offrait un spectacle de danse en live depuis le Théâtre de l'Échangeur, dans le cadre du dispositif «Culture Continue». Le public n'était pas physiquement dans la salle mais bien présent derrière les écrans pour ce moment d'émotion en Hommage au Liban.

Mardi 4 août dernier, une double et violente explosion ravagea le port de Beyrouth, la capitale libanaise, provoquant un grand nombre de victimes et détruisant la ville sur son passage. Avec le désir de soutenir les Libanais dans cette nouvelle épreuve terrible, les élèves et professeurs du Conservatoire de Danse et de Musique de Bagnolet ont souhaité rendre hommage à ce beau pays avec un spectacle mêlant danse (Armelle Cornillon), musique (Bachar Mar Khalifé) et poésie (Khalil Gebran et Elias Abou Chabaké).


Tout est très juste dans cet hommage : à la fois doux et paisible par la grâce exceptionnelle des danseurs et danseuses, qui nous apportent une forme de sérénité - le signe de la sagesse du Liban qui résiste et reste debout ; mais aussi fort et poignant par cette chorégraphie très belle, comme témoin d’une urgence humaine et offrant sa prière pour le retour de l'espoir et de la paix. Ce spectacle est par tout cela très émouvant.


Dans les débris et la pénombre, dans la pâleur des corps humains, la couleur jaune présente sur scène apporte un rayon de soleil, nécessaire à la survie de ces hommes et de ces femmes, et à la reconstruction de leur pays. La poésie du texte nous transporte également dans des souvenirs, ceux d'un Liban aux milles couleurs. Nanou Coranson, la narratrice, nous partage alors des images de son pays d'origine, cher à son cœur. Des images qui s'envolent littéralement, et dont le bruit de papier froissé accompagne deux danseuses : à chacun ses souvenirs, joyeux ou douloureux, à chacun son Liban. Nous avons envie de savoir ce que la narratrice nous raconte dans sa langue maternelle, et en même temps, c’est comme un secret qui lui appartient, qui appartient aux Libanais, représentant leurs racines et leurs mémoires.


Enfin, un final magnifique dans lequel les hommes et les femmes, sublimés séparément jusque-là comme pour affirmer leurs identités, se retrouvent en communion pour s'exprimer ensemble dans cet hommage. La danse et la musique nous transmettent cette nécessité du partage, cette importance d'être en harmonie les uns avec les autres. Grâce à la captation parfaitement réalisée par l'équipe de Cosmic Fabric, nous avons pu nous aussi partager cette union et être au plus près des interprètes, magnifiés par les jeux d'ombre et de lumière.


Un immense bravo à toute l'équipe pour ce bel Hommage au Liban, riche en émotions. Il s'agit là d'une nouvelle preuve que les arts et la culture sont essentiels à la vie.


0 commentaire