• Juliette Delobel

BY HEART (critique théâtre)

Apprendre par cœur un texte est le travail de tout comédien de théâtre. Dans sa pièce By Heart, adaptée pour la radio, l’auteur Tiago Rodrigues inverse les rôles et propose à dix spectateurs et à tous les auditeurs, de se confronter à cet apprentissage.

By Heart. Par Cœur.


Quel texte connaissez-vous par cœur ? Peut-être un poème appris au collège, une fable de la Fontaine, quelques alexandrins de Victor Hugo ou une fantaisie de Gérard de Nerval ? Prenez-vous encore le temps de mémoriser régulièrement des vers ? Cela paraît anachronique et inutile alors qu’internet est dans notre poche. C’est ce que propose pourtant l’auteur et metteur en scène portugais Tiago Rodrigues dans By Heart. Créée en 2013, la pièce de théâtre a été enregistrée par France Culture le 20 mai 2015 sur la scène du Théâtre national de Lisbonne avec la participation de dix spectateurs francophones et nous pouvons nous aussi, en écoutant les soixante minutes de cette fiction radiophonique, tenter l’expérience.


Quand je fais comparoir les images passées

Au tribunal muet des songes recueillis,


Cette pièce n’est pourtant pas un simple défi lancé à nos mémoires de poissons rouges. C’est d’abord un récit où se mêlent l’histoire du XXème siècle et l’histoire personnelle de l’auteur. Tiago Rodrigues raconte comment, lors d’un procès stalinien de 1937, l’écrivain Boris Pasternak lança à la foule le numéro d’un sonnet de Shakespeare qu’il avait traduit de l’anglais au russe et comment ce sonnet fut repris en cœur par tous, montrant aux juges que son emprisonnement ne suffirait pas à le supprimer des mémoires. C’est ce fameux sonnet 30 de Shakespeare, cette fois dans une traduction en français de Charles-Marie Garnier, que nous sommes invité.e.s à apprendre.


Je soupire au défaut des défuntes pensées,

Pleurant de nouveaux pleurs les jours trop tôt cueillis


Tiago Rodrigues nous conte alors l’histoire de sa grand-mère, Candida. Candida habite un petit village au nord du Portugal. Grande lectrice depuis l’enfance, cuisinière durant tout le 20ème siècle, elle est à 93 ans rattrapée par la cécité. Avant de devenir aveugle, elle demande à son petit-fils de lui choisir un dernier livre, celui qu’elle apprendra par cœur et qu’elle se répétera encore et encore. Le travail d’apprentissage devient une lutte contre le temps qui passe et la disparition.


Des larmes oublieux, mon œil alors se noie

Pour les amis cellés dans la nuit de la mort


L’expression « par cœur » est une expression bien choisie. Il faut beaucoup d’amour pour se plonger dans un texte jusqu’à en connaître chaque phrase, chaque mot, chaque son. La mémoire de Tiago Rodrigues est pleine de textes littéraires, en anglais, en français et en portugais. Certes, c’est ici le travail de l’acteur qui est visible mais aussi le résultat d’une passion pour les textes. By heart permet également d’entendre des extraits d’une conférence du critique littéraire George Steiner et de Fahrenheit 451 de Ray Bradbury.


Rouvre le deuil de l’amour morte et s’apitoie

Au réveil sépulcral des intimes remords.


Mais apprendre par cœur n’est pas qu’un acte individuel. C’est aussi participer à une mémoire collective, que ce soit pour lutter contre un régime totalitaire ou plus modestement pour créer des souvenirs partagés. Tiago Rodrigues a joué 250 fois sur scène la pièce By Heart. Chaque soir, il a appris ce poème de Shakespeare à dix spectateurs. À l’heure où les théâtres sont encore fermés et où les événements collectifs se font rares, écouter et apprendre de chez soi les 14 vers du sonnet 30 de Shakespeare, c’est aussi renouer avec ce sentiment de partager un temps commun.


By Heart de Tiago Rodrigues.

À lire, aux éditions Les Solitaires intempestifs.

Et à revoir très vite sur les scènes des théâtres.

0 commentaire